webleads-tracker

9 questions à Daniel Nabarra et Etienne Bastié, fondateurs d’ACQE, association certifiée Qualiopi par ICPF

20 novembre 2020

Etienne Bastié, après une longue expérience comme consultant indépendant dans l’accompagnement d’entreprises à diverses certifications et Daniel Nabarra, expérimenté dans la formation des métiers de la qualité, ont créé ACQE en 2019.

 

1. Quelle est votre activité ?  

EB : ACQE a une activité de formation dans le secteur de la qualitéNos formations préparent aux certifications UIMM concernant les métiers de Technicien de la qualité, Technicien coordinateur QSE et Inspecteur qualité. L’objectif est de développer cette activité sur la région Occitanie. 

DN : Lambition de ces formations théoriques est aussi de faire revenir vers l’emploi les professionnels qui en sont éloignés. Du fait de sa transversalité, l’activité qualité constitue un évident levier d’intégration en entreprise. Disposer d’un savoirfaire dans le domaine de la qualité peut intéresser à peu près n’importe quelle structureDans un premier temps, plus que le développement du chiffre d’affaires, nous visons la satisfaction des participants à nos formations. 

 

2. Qu’est-ce qui vous a amené à obtenir la certification Qualiopi ? 

EB : Notre association démarre son activité. Nous avons demandé la certification Qualiopi pour rentrer tout de suite dans un système qui nous garantisse d’avoir une organisation respectueuse des standards de formation. Parallèlement à cela, pour que notre offre de formation soit éligible au financement (dont le CPF)nous avions besoin de nous inscrire au datadock. 

DN : Il nous fallait en effet être en phase avec les exigences du secteur de la formation, sans compter que la certification Qualiopi est aussi un moyen d’être reconnu par ses clients. 

 

3. Qu’est-ce qui vous a fait choisir ICPF en tant que certificateur ? 

 EB : En premier lieu, la notoriété, la rigueur et la réactivité de l’organisme. Nous avons connu ICPF dans le cadre de l’inscription au datadock. J’ai aussi assisté à quatre webinaires depuis juillet, ce qui m’a permis d’évaluer le sérieux du travail fourni par ICPF. 

 

 4. Comment avez-vous préparé votre audit ?

EB : Nous avons préféré effectuer un pré-audit, plutôt qu’un accompagnement par un organisme apparenté. Concrètement, la préparation de l’audit s’est traduite par la mise en place de revues documentaires, la formalisation de la documentation, l’apport de preuves concernant le recueil des besoins ou encore le processus d’amélioration et de surveillance des formations. Lors de ce pré-audit, nous avions interprété différemment la notion de « Nouvel Entrant »ce qui a conduit à la détection de onze nonconformités majeures. 

DN : Nous avons analysé le contenu de chaque indicateur du référentiel, avant d’élaborer des procédures ou des fichiers de suivi, pour apporter la preuve du respect de ces mêmes indicateurs. 

 

5. Quelles difficultés avez-vous rencontrés et quels outils avez-vous mis en place ou utilisé pour les traiter ?

EB : Nous avons utilisé les trames organisationnelles propres à tout système de management de la qualitéGrâce à notre expérience des diverses certifications (ISO 9001, EN 9100, ISO 15189, etc.)nous avions une bonne vision de ce que peut attendre un auditeur dans le cadre d’un audit Qualiopi. En revanche, pour un organisme de formation qui n’aurait pas l’expérience de ce type de certification, il est probablement plus difficile de satisfaire aux exigences de tous les indicateurs. 

DN : La principale difficulté, c’est de comprendre le sens de l’indicateur tel qu’il est formulé dans le référentiel. C’est pourquoi le préaudit me paraît incontournableC’est un moyen de mesurer lperformance à atteindre, pour ensuite corriger les non-conformités. Il est aussi plus délicat de fournir un enregistrement sur une activité lorsque celle-ci n’a pas encore été effectuée à proprement parler. 

 

6. Quels sont les indicateurs qui vous ont demandé le plus de travail ou d’évolution de votre organisation ? 

EB : La difficulté, c’est aussi comment répondre aux indicateurs, avec les preuves attendues, pour démontrer la structuration de son organisation et de son projet. 

DN : Nous avons par exemple dû améliorer notre indicateur de veille. Auparavant, nous effectuions une veille sur le métier de la qualité, que nous avons étendue au métier de formateur. Cette veille doit être suffisamment organisée pour répondre aux exigences de tous les indicateurs. 

 

7. Comment s’est déroulé l’audit ? 

EB : L’audit s’est très bien déroulé grâce à l’écoute et la rigueur de l’auditeurSon expérience a favorisé une excellente compréhension entre les participants. La réactivité a aussi été très appréciée puisque ldémarche de certification s’est déroulée en un mois, entre la formulation de la demande, le 23 septembre et la certification, qui est intervenue un mois après jour pour jour. Nous avons préparé la démarche à trois, avec Christelle Gayral, membre de notre association. 

DN : L’auditeur a reconnu l’empreinte qualité dans toutes nos réponses, et souligné le fait que nous étions allés au-delà des exigences imposées par la démarche. 

 

8. Quels avantages vous apporte la certification Qualiopi voire la démarche au sens large ? 

EB : La certification nous permet de démarrer sereinement notre activité de formation, en ce sens où elle fournit les clés pour accompagner sereinement les candidats vers leur projet professionnel. Je pense notamment aux leviers de surveillance. 

DN : Cette certification nous apporte une légitimité forte en tant que centre de formation. C’est une reconnaissance de la qualité de notre organisation et de notre fonctionnement. 

Le besoin d’évaluation est permanent pour identifier ses marges de progression. Qualiopi permet de structurer son organisme au fur et à mesure de son développement. 

 

 9. Quels conseils donneriez-vous à un futur audité ?

EB : Répondre rigoureusement aux exigences du référentiel national. Et choisir l’option de pré-audit. C’est un excellent outil de préparation à l’audit initial. 

DN : Il faut aborder les exigences Qualiopi comme un élément structurant de l’activité. L’accompagnement peut être utile pour l’organisme de formation, en fonction de son cœur de métier et de l’investissement supplémentaire qu’il aura la capacité de faire ou pas. 

 

 

Logo ACQE

Pour en savoir plus sur ACQE :

Etienne Bastié | ACQE

0616693079 | etienne.bastie@acqe.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *