webleads-tracker

10 questions à Raffaella Bottino, Directrice de l’organisme Miaconsulting, certifié Qualiopi par ICPF

18 janvier 2021

Après des expériences en cabinets de conseil et de formation, en Italie puis en France, Raffaella Bottino a créé Miaconsulting, un organisme de formation spécialisé en management, communication, vente, et certifié Qualiopi par ICPF le 8 décembre 2020.

Raffaella_Bottinocertifié_ICPF 1. Quelle est votre activité ?

Créé en 2015 et basé à Paris, Miaconsulting propose des formations sur-mesure en management, communication et vente, avec un focus sur le volet ingénierie de la formation, pour répondre au plus près aux besoins du client. Nous concevons et animons des formations pour des entreprises évoluant dans différents secteurs d’activité, et plus particulièrement la santé (hôpitaux), la banque, les transports et les services.

2. Après la certification ICPF Cnefop, qu’est-ce qui vous a amené à obtenir la certification Qualiopi ?

Le fait déclencheur a été l’inscription au DataDock en 2017, au moment du développement de mon cabinet. Auparavant, j’avais mes propres processus, sur l’offre, mais ils n’étaient pas forcément structurés. J’ai eu un audit de contrôle en 2018 par l’OPCA finançant certaines de mes formations. Cela m’a permis de constater que mon activité était structurée et conforme. C’était le bon moment pour passer à la vitesse supérieure avec la démarche Qualiopi. Si DataDock est le tremplin, Cnefop, qui permet d’aller encore plus loin dans sa propre réflexion sur la qualité, fait figure d’amortisseur, et Qualiopi constitue le point d’atterrissage.

3. Qu’est-ce qui vous a amené à choisir de nouveau ICPF en tant que certificateur ?

J’avais en tête l’expérience de l’audit de contrôle DataDock, au cours duquel l’auditeur de l’OPCO était observé par un professionnel connaissant ICPF. Ce dernier avait démontré sa capacité à instaurer un climat de confiance, propice à la coopération. J’avais aussi apprécié sa posture : neutre, bienveillant, impartial, respectueux et à l’écoute, pour comprendre les processus de mon organisation.

4. Comment avez-vous préparé votre audit Qualiopi ?

Comme pour l’audit Cnefop, il faut s’approprier le référentiel national qualité et la documentation fournie par ICPF. J’avais également suivi un webinaire sur la réforme, pour comprendre les différences entre Cnefop et Qualiopi ainsi que les besoins ultérieurs.
J’ai ensuite effectué une étude préliminaire pour comprendre les tenants et les aboutissants de la réforme. Enfin, j’ai analysé mes propres processus, pour mesurer leur conformité avec les indicateurs du référentiel. La plateforme digitale Noé favorise la structuration de cette démarche, en suivant pas à pas les indicateurs. Et j’ai pu profiter des conseils d’un des prestataires du réseau ICPF pour mieux me préparer à l’audit (NDLR : Sylvie Fischer du cabinet Lucea Conseil).

5. Quelles difficultés avez-vous rencontrées et quels outils avez-vous mis en place ou utilisés pour les traiter ?

J’étais assez rassurée quand je me suis rendue compte que ma propre structure répondait à la plupart des indicateurs, même si certains d’entre eux m’ont questionnée, comme celui en lien avec l’accueil des personnes en situation de handicap (NDLR : indicateur 26).

Ce fut un élément de réflexion et de maturation pour améliorer mon propre processus d’accueil de ce public. Je me suis documentée et ai constitué un guide d’accueil des personnes en situation de handicap, en prenant en compte les différentes typologies de handicaps.

En plus du guide, le process prévoit un entretien, via la consultation d’une fiche, pour déterminer les besoins du client, en phase de construction de l’offre. Pour ce faire, j’ai sollicité des personnes de mon réseau concernées par les mêmes problématiques.

6. Quels sont les indicateurs qui vous ont demandé le plus de travail ou d’évolution de votre organisation ?

J’avais déjà traité plusieurs indicateurs lors de la certification Cnefop, comme l’évaluation des stagiaires, en amont ou en aval, qui peut être une composante chronophage, mais extrêmement utile.

7. Comment s’est déroulé l’audit ?

Il s’est déroulé à distance, via Teams, sur une demi-journée. L’auditeur était réactif, bienveillant, avec une très bonne connaissance du monde de la formation. Même si l’auditeur est neutre, le cheminement avec ce dernier permet de mieux formaliser sa propre pensée puis, par la suite, de mieux structurer sa démarche. L’audit est un moment enrichissant, de réflexion et de confrontation, qui permet de s’assurer que son discours tient la route.

8. En quoi le fait d’être certifié ICPF Cnefop a facilité votre démarche ?

Qualiopi n’est pas très éloignée de la démarche Cnefop, ce qui pose les bases pour travailler sur les indicateurs restants.

9. Quels avantages vous apporte la certification Qualiopi, voire la démarche au sens large ?

Toute démarche de certification amène les formateurs à réfléchir à des systèmes d’amélioration continue. L’impact de Qualiopi est réel sur l’image renvoyée auprès des clients et des stagiaires, dans le sens où la démarche permet une meilleure structuration de l’offre et du produit fini, avec une linéarité de processus. La relation et la fidélisation clients s’en trouvent améliorées. Enfin, Qualiopi permet d’avoir un œil alerte et de communiquer sur ses propres résultats.

10. Quels conseils donneriez-vous à un futur audité ?

Tout d’abord, il faut réfléchir à sa structure et mettre en œuvre une méthodologie : la lisibilité des process en fait partie. Attention toutefois à ne pas créer une usine à gaz. L’objectif est de penser un dispositif qui soit facile à utiliser, où l’activité prime. Il faut envisager la certification comme une alliée. Agilité, méthode et simplicité sont les 3 mots-clés à retenir.

 

Pour en savoir plus sur Miaconsulting : 

Raffaella Bottino 

06 70 54 97 53 | [email protected]

http://miaconsulting.fr/ 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *