webleads-tracker

9 questions à Laurence Louatron, Responsable Pôle Formation Continue à l’Ecole Centrale de Nantes, certifiée Qualiopi par ICPF

12 mars 2021

Laurence Louatron a intégré Centrale Nantes en septembre 1999, en tant que Directrice de la communication, avant de créer l’activité formation continue, en mars 2014, au sein de cet établissement certifié Qualiopi par ICPF, le 14 décembre 2020.

1. Quelle est votre activité ?

Centrale Nantes est une grande école d’ingénieurs fondée en 1919. Elle diplôme des ingénieurs, des étudiants de masters et de doctorats, à l’issue de parcours académiques basés sur les développements scientifiques et technologiques les plus actuels et sur les meilleures pratiques du management. La recherche et la formation à Centrale Nantes s’organisent autour de 3 grands enjeux de croissance et d’innovation : manufacturing, transition énergétique et santé. Dans ce contexte, Centrale Nantes développe une offre de formation continue alignée sur les compétences de ses enseignants-chercheurs et ingénieurs.

2. Qu’est-ce qui vous a amené à obtenir la certification Qualiopi ?

Centrale Nantes Executive Education mène des projets de formation en intra et en inter dans le cadre de partenariats avec des entreprises privées et également avec des financements OPCO et des acteurs publics de l’emploi tels que Pôle emploi. Il était donc naturel pour nous, après avoir obtenu un référencement au Datadock en 2017, d’ambitionner la certification Qualiopi.

3. Qu’est-ce qui vous a fait choisir ICPF en tant que certificateur ?

Après avoir interrogé six organismes certificateurs, un des éléments décisifs dans notre choix a été la plateforme Noé. En effet, cela nous a permis de rassembler sereinement nos éléments de preuve, de façon à être centré sur l’échange avec l’auditeur le jour J. ICPF agit exclusivement dans les secteurs de la formation et du conseil. 

4. Comment avez-vous préparé votre audit Qualiopi ?

Nous avons bénéficié d’un audit interne dès le mois de janvier 2020 qui a certes montré des écarts par des non-conformités majeures et mineures, cependant avec un chemin balisé, si je puis dire, à propos des actions à apporter et des process à formaliser. Le guide de lecture du référentiel et la participation à des webinaires nous ont permis de nous approprier les critères et d’en comprendre les finalités. La période de confinement, malgré tout, a été propice dans la mesure où nous avions un objectif commun d’équipe, ce fil rouge tout au long de l’année 2020, avec en ligne de mire le passage de la certification. Nous avons été accompagnés par une chargée de qualité qui nous a guidés et challengés sur les process et les outils à mettre en place. 

5. Quelles difficultés avez-vous rencontrées et quels outils avez-vous mis en place ou utilisés pour les traiter ?

La difficulté principale, indéniablement, a été le temps que nous avons consacré à la préparation de la certification. Mais nos efforts ont payé. Tout le travail accompli nous permet désormais d’aller plus vite à l’essentiel, de traiter les demandes clients de façon encore plus homogène. La mise à plat des pratiques et leur partage au sein de l’équipe rend encore plus facile la communication, la polyvalence, le suivi de nos actions de formation et l’amélioration des process.

6. Quels sont les indicateurs qui vous ont demandé le plus de travail ou d’évolution de votre organisation ?

Le pré-audit avait mis en avant le respect de notre part sur les critères 2, 3 et 4. Les critères 2 et 3 portent sur l’identification des objectifs des prestations proposées et l’adaptation en fonction des publics bénéficiaires. Le critère 4 repose sur l’adéquation entre moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement. Notre travail a avant tout porté sur les autres critères, avec une mention spéciale pour le n°5, relatif à la qualification et au développement des connaissances et compétences des personnels chargés de mettre en œuvre les prestations et le n°7 : le recueil et la prise en compte des appréciations et des réclamations formulées par les parties prenantes aux prestations délivrées. Sur ces deux critères, au-delà de la formalisation, nous avions plusieurs outils à mettre en place. 

7. Comment s’est déroulé l’audit ?

L’audit s’est déroulé sur 2 jours, en distanciel étant donné le contexte. L’auditeur a réalisé sa mission dans un climat fort bienveillant, avec une acuité d’une précision inégalée dans l’analyse de nos process et pratiques. Cela a été très stimulant. L’audit s’est conclu sans aucune non-conformité.

8. Quels avantages vous apporte la certification Qualiopi, voire la démarche au sens large ?

Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, la démarche Qualiopi nous apporte une sécurisation quant aux engagements de nos financeurs, une reconnaissance, une facilité dans notre travail quotidien et un gage de qualité pour nos clients et toutes les parties prenantes.

9. Quels conseils donneriez-vous à un futur audité ?

Il faut se lancer et avoir en tête que c’est réalisable. Y consacrer du temps de façon récurrente pour pouvoir absorber la surcharge de travail que cela génère. Se motiver en pensant aux bénéfices que cela apporte à l’organisme de formation et au confort généré pour le travail d’équipe. Penser que tout ce que nous mettons en œuvre est à maintenir dans le temps et à améliorer, cela signifie avoir un système utile et vivant.

 

Pour en savoir plus sur L’Ecole Centrale de Nantes :

Nathalie Chaillou (Chargée de mission qualité)/Laurence Louatron (Responsable Pôle Formation continue)

02 40 37 68 17 | [email protected]

www.ec-nantes.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *