webleads-tracker

9 questions à Homeric de Sarthe, CEO de Pitchboy, organisme certifié Qualiopi par ICPF

08 avril 2021

Doté d’un double cursus en affaires internationales et chinois, Homeric de Sarthe a vécu 7 ans en Chine avant un retour en France pour y lancer un cabinet de conseil sur l’aide aux entreprises de l’hexagone pour travailler en Chine, et inversement. Il rejoint également une société dans la réalité augmentée. Après avoir co-signé le livre “Pourquoi votre prochain patron sera Chinois ?”, il crée Pitchboy en janvier 2019, avant d’obtenir la certification Qualiopi pour son organisme le 28 décembre 2020.

1. Quelle est votre activité ?

Pitchboy est la solution qui permet d’entraîner les collaborateurs, de suivre et développer efficacement leur montée en compétence, et de mesurer le retour sur investissement de la formation. Les mises en situations réalistes développées par Pitchboy ou ses partenaires, s’intègrent dans les parcours de formations comme une modalité pédagogique. Il s’agit d’une salle d’entraînement réaliste accessible sur téléphone, ordinateur ou casque de réalité virtuelle, dans laquelle les collaborateurs vont être évalués sur trois critères : leur savoir-être, leur savoir-faire et leurs connaissances. Grâce à la technologie de reconnaissance vocale et d’analyse du langage naturel développée par Pitchboy, les mises en situations d’entraînement sont ultra-réalistes. En effet, l’apprenant va pouvoir interagir naturellement avec la voix, comme il le ferait dans son quotidien. Immergé dans un environnement bienveillant, autorisant le droit à l’erreur et apportant un coaching personnalisé, l’ancrage est mémoriel et émotionnel. Chacune des simulations utilisant Pitchboy mettent en application les 4 piliers de l’apprentissage : l’attention (par l’immersion et le réalisme), l’engagement actif (par la voix), le retour d’information (par le feedback), et enfin, la consolidation (par la rejouabilité).

2. Qu’est-ce qui vous a amené à obtenir la certification Qualiopi ?

En tant qu’organisme de formation, positionné et identifié comme une société technologique, on souhaitait simplifier nos processus internes, pour parler le même langage que nos clients et obtenir les financements des OPCO (opérateurs de compétences). Une autre réflexion, sur le long terme, est de mettre en place un éditeur de scénarios, de façon à ce que les grands comptes et experts pédagogiques puissent s’approprier la technologie et créer eux-mêmes leurs simulations. Avec notre certification Qualiopi et étant donné que le parcours de formation est digitalisé à 100 %, dès lors qu’une personne utilise notre outil, il respecte le référentiel car les critères et indicateurs y sont intégrés.  Pour le client final, il y a donc un seul prestataire, qui est Pitchboy. Charge à notre société de reverser une rémunération au concepteur, en l’occurrence l’organisme de formation ou un concepteur pédagogique.

3. Qu’est-ce qui vous a fait choisir ICPF en tant que certificateur ?

Mon 1er échange très clair avec François Galinou, Président d’ICPF, m’a fait ressentir que l’organisme connaissait bien son métier. Nous avons alors planifié un pré-audit en octobre, qui s’est déroulé dans un climat bienveillant. Au moment de l’audit, nous étions surmotivés et confiants. On a conclu avec ICPF rapidement. Dans notre entourage professionnel, plusieurs contacts étaient en cours de certification et leurs expériences nous ont conforté dans notre choix. La plateforme Noé proposée par l’ICPF a été un autre élément rassurant. Avec cette plateforme digitale, nous avions toutes les cartes en main pour nous organiser dans les meilleures conditions, anticiper les demandes de l’auditeur et apporter les preuves de notre conformité au référentiel. Noé rend le référentiel national qualité intelligible. Ça a été une bonne découverte !

4. Comment avez-vous préparé votre audit ?

Au-delà du pré-audit, nous avons tout simplement imprimé le référentiel, avant de créer un dossier partagé en ligne avec des sous-dossiers par critères. Lors du pré-audit, nous avons eu 2 non-conformités majeures et 12 non-conformités mineures, puis à l’issue de l’audit de certification, nous avons eu zéro non-conformité. Tout le travail effectué entre le pré-audit et l’audit a été très structurant pour notre société, notre méthodologie et notre outil. Des éléments ont été intégrés dans notre plateforme en ligne, d’autres retravaillés par l’équipe projet et des bonnes pratiques indiquées à l’équipe commerciale. Toutes les non-conformités ont eu un impact sur la structure. Et tout le monde a été impliqué dans la démarche.

5. Quelles difficultés avez-vous rencontrées et quels outils avez-vous mis en place ou utilisé pour les traiter ?

Notre méthode de travail est principalement tournée vers la qualité de l’expérience client et le contenu de la formation. Qualiopi nous questionnait sur la forme. L’enjeu était de respecter le référentiel, tout en apportant de la valeur ajoutée sur le fond.

6. Quels sont les indicateurs qui vous ont demandé le plus de travail ou d’évolution de votre organisation ?

L’indicateur 26, en lien avec le handicap, nous a amenés à nous poser de véritable question. Notre solution étant 100 % digitale, Qualiopi nous a obligé à développer des fonctionnalités pour la rendre plus accessible. Nous sommes très fiers de ce qui en est ressorti car nous avons désormais dans notre « roadmap produit » des fonctionnalités qui améliorent fortement l’expérience globale : la possibilité d’interagir par écrit avec la machine ou l’affichage de sous-titres. Ce qui aurait pu être une contrainte s’est transformé en opportunité.

7. Comment s’est déroulé l’audit ?

Les 2 jours d’audit à distance étaient nécessaires. L’auditeur s’est montré très intéressé et stimulant. Il a voulu comprendre notre activité, pour le moins atypique. C’est aussi la preuve que notre audit était bien préparé. L’expérience a été enrichissante.

8. Quels avantages vous apporte la certification Qualiopi, voire la démarche au sens large ?

Qualiopi est un gage de professionnalisme et de qualité de nos méthodologies vis-à-vis de nos clients. Sans compter que notre activité est sécurisée pour les quatre prochaines années.

9. Quels conseils donneriez-vous à un futur audité ?

Le premier conseil serait de faire un pré-audit. Il faut aussi se familiariser avec le référentiel et bien s’entourer, comme nous l’avons fait avec ICPF !


logo pitchboy

Pour en savoir plus sur PITCHBOY :

Homeric de Sarthe (CEO) 

07 70 58 80 00 | [email protected]
www.pitchboy.sc

Témoignage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *