fbpx

5 repères sur la certification Qualiopi par ICPF

16 février 2022

ICPF est au service de ceux qui veulent utiliser ou obtenir la certification Qualiopi pour créer de la valeur avec la formation professionnelle. En ce début d’année, 5 repères doivent être pris en compte, concernant la certification Qualiopi, dans la brume créée par ceux qui ne l’auront jamais ou n’en veulent pas.

ICPF les établit sur la base de ses 26 années d’expérience et des données issues de l’analyse des 4738 contrats de certification Qualiopi signés à la date de cet article et de près de 3000 questionnaires qualités reçus. Les clients ICPF en reçoivent trois dans leur parcours. Le premier après la demande. Le deuxième après l’audit. Le troisième après la certification.

Il s’agit de rendre possible une analyse objective de l’impact et de la valeur de cette démarche qualité avec un recadrage des sentiments négatifs ou des fantasmes qui s’expriment avec persistance et régularité.

1er repère : Le budget moyen de la démarche de certification Qualiopi chez ICPF c’est 1400 euros HT

La majorité des clients prennent des options comme le pré audit ou l’élaboration du dossier sur notre plateforme Noé. Le budget sans option est inférieur à 1200 euros HT.

83 % des clients déclarent se préparer seuls. Il n’y a donc pas de coût externe d’accompagnement pour la majorité des clients.

Il y a évidemment des coûts internes importants d’organisation et d’amélioration de la qualité pour certains. Compte tenu de la demande et des investissements publics, il est complètement normal que des organismes investissent pour se mettre au niveau.

Même dans ce cas, Qualiopi reste une bonne affaire. La certification apporte la certitude de la conformité du service. Les nombreux nouveaux entrants, les dirigeants et les professionnels avisés ne s’y trompent pas.


2ème repère : Sentiment d’efficacité accru et satisfaction pour 90 % des certifiés grâce à la certification Qualiopi

Plus de 90 % des certifiés Qualiopi par ICPF déclarent se sentir plus efficaces à l’issue de la certification.

Sondage sur le sentiment d'efficacité après la certification Qualiopi
Résultats du questionnaire qualité sur le sentiment d’efficacité à l’issue de la certification Qualiopi avec ICPF.


Près de 90 % se déclarent satisfaits de la prestation ICPF avec une note supérieure à 8.

Résultats du questionnaire qualité sur la qualité de la prestation de ICPF
Résultats du questionnaire sur la qualité de la prestation de ICPF dans le cadre de la démarche de certification Qualiopi.


Plus de 94 % attribuent une note supérieure à 8 pour la posture de l’auditeur.

Résultats questionnaire qualité Qualiopi posture auditeur
Résultats du questionnaire qualité Qualiopi à l’issue de la certification avec ICPF concernant la posture de l’auditeur.


ICPF dispose de 14 auditeurs salariés et de 70 auditeurs sous-traitants. Le processus de recrutement, de montée en compétence et d’intégration est exigeant comme la régulation par des revues approfondies facilitées par la plateforme Noé. Merci également aux experts qualité des réseaux sociaux certifiés par la Facebook University qui nous font progresser sans cesse.

3ème repère : Des délais de 4,5 jours à 3 mois pour obtenir la certification Qualiopi

Le délai moyen entre la notification de l’avis favorable de l’auditeur et l’émission du certificat est de 4,5 jours.

Le délai moyen entre l’audit et l’émission du certificat est de 28 jours. Ce délai est dû principalement au temps pris par les clients concernés pour le traitement des non-conformités. Ils disposent d’un délai de 3 mois. Ce délai est renouvelable une fois.

Il est important de comprendre que la certification Qualiopi est un processus et non un projet. L’essentiel est que l’organisme l’obtienne, la conserve et en tire profit.

4ème repère : 1% de refus ou d’abandon dans la démarche de certification Qualiopi

37 refus et abandons définitifs ont été enregistrés, soit 1 % des certifiés. L’abandon est la cause largement majoritaire motivé, la plupart du temps, par un changement de stratégie ou une prise de conscience.

Le principal obstacle, aujourd’hui, c’est l’auto-exclusion. Sur les 105 000 organismes détenteurs de numéro de déclaration d’activité, il reste environ 70 000 organismes, dont 15 000 organismes “datadockés”, à n’avoir pas franchi le pas de Qualiopi. Dans leur majorité, ils déclarent attendre ou cherchent des solutions transitoires. Ces dernières se révèlent souvent décevantes pour tous, y compris les « porteurs ». La moins décevante des solutions reste la sous-traitance qui est loin d’être idéale et mène à tout à condition d’en sortir. Il reste que dans l’esprit de Qualiopi il n’y a que des sous-traitants ou des salariés. La notion de « porté » n’existe pas.

5ème repère : Qualiopi face à la fraude du CPF

Depuis le 1er janvier, Qualiopi limite le nombre d’organismes de formation qui accède à EDOF. Le nombre passe de 105 000 à 35 000 aujourd’hui dans la mesure où tous les engagés obtiennent la certification.

En revanche, Qualiopi ne garantit pas, et c’est voulu par le législateur, le respect de la règlementation, mais le fait qu’un dispositif est en place pour en prendre connaissance et la faire respecter. C’est une différence notable avec le système DATADOCKCNEFOP où le respect de la règlementation devait être établi point par point par le certificateur. En l’occurrence, l’article L. 6355-17 indique que « le fait de réaliser une publicité comprenant une mention de nature à induire en erreur sur les conditions d’accès aux formations proposées, leurs contenus, leurs sanctions ou leurs modalités de financement, est puni d’un an d’emprisonnement et de 4500 euros d’amende ». Cet article permet donc aux services de contrôle de sanctionner les « arnaqueurs ».  En revanche, le certificateur ne peut pas établir une non-conformité pour non-respect de ce point.

Par ailleurs, le problème principal, posé en ces termes par Madame la Députée Catherine Fabre, c’est le harcèlement téléphonique. Il s’agit de distinguer la tentative de fraude ou de “vente forcée” du démarchage abusif. Un plan d’action gouvernemental pour lutter contre les abus et les fraudes lié au CPF et au démarchage abusif a été mis en œuvre le 8 février. Son objectif est de dresser un état des lieux et de renforcer l’intensité des actions de lutte. Au-delà des « coups de gueule » sur les réseaux sociaux, examinons l’étendue exacte du problème.

 

Conclusion des 5 repères sur la certification Qualiopi 

En conclusion, Qualiopi est une bonne affaire pour ceux qui s’y engagent, ne serait-ce parce qu’elle accorde une certitude : avoir un organisme en capacité de réaliser des formations conformes à ce standard national de qualité. Cette certitude génère chez ceux qui l’obtiennent un sentiment d’efficacité accrue et une satisfaction.

Qualiopi ne va pas régler tous les problèmes. Le système dont il est la référence doit se mettre en œuvre. Il sera complètement actif au 1er avril 2022 à l’issue des ultimes mesures transitoires.

Pour aller plus loin, ICPF lance une étude sur l’impact de la certification Qualiopi sur les organismes de formation. Les premiers résultats seront disponibles en juillet 2022.


Partagez notre article sur les réseaux sociaux :
Non classé

Un commentaire sur “5 repères sur la certification Qualiopi par ICPF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *