fbpx

La méthode pédagogique de Charles Allen ou comment former en situation de travail a toujours permis de gagner en performance

12 septembre 2022
Article de stéphane Roquet et Romuald Karmann, sur la méthode pédagogique de Charles Allen

 

Loi Avenir Professionnel du 5 septembre 2018, réforme des lycées professionnels, de l’apprentissage : les modes pédagogiques sont en pleine ébullition et se réinventent. Tout comme les dernières innovations technologiques s’appuient sur l’utilisation de méthodes scientifiques riches de plusieurs siècles voire millénaires de pratiques, il en est de même dans l’éducation et la formation. Intéressons-nous à une méthode pédagogique datant du début du XXème siècle qui est aujourd’hui terriblement d’actualité en France pour relever les défis des besoins en compétences et de leurs acquisitions. 

 

Charles Allen – le père de l’enseignement professionnel aux Etats-Unis 

1911 – F. W. Taylor, a déjà publié une série d’ouvrages sur « le management » Il va définir les bases d’une nouvelle science : L’OST – l’organisation scientifique du travail.  

Cette année-là, il publie son ouvrage principal : “ la direction scientifique des entreprises ”. 

 

L’un des aspects clés de l’approche de Taylor est la désormais tristement célèbre « étude du temps et du mouvement ». Bien que l’obsession de Taylor pour l’étude temps/mouvement puisse être suspecte et controversée aujourd’hui, les principes sous-jacents sont clairs : il existe une « bonne » façon de faire un travail, celle qui utilise le plus efficacement les ressources et qui produit le rendement le plus élevé pour les ressources disponibles.  

Si tout le monde suit cette méthode, les mesures de sécurité, de qualité et de productivité augmenteront.  

Cette approche « scientifique » du développement des compétences s’appuie sur les premières études de Charles R. Allen. 

 

Par la suite, Frank Gilbreth, entrepreneur en bâtiment qui était d’abord un opérationnel va, avec son épouse, Lilan Gilbreth titulaire d’un doctorat en psychologie, s’impliquer dans la promotion de la gestion scientifique du travail. Ils vont travailler avec Charles Allen pour dépasser l’obsession de Taylor pour les cadences de travail et donner naissance à ” l’ergonomie “.  

 

La méthode pédagogique en 4 étapes  

Charles R. Allen va quant à lui préciser son modèle d’apprentissage en travaillant sur la décomposition d’une activité en élément d’apprentissage. Tout comme pour améliorer l’ergonomie d’un poste, la décomposition d’une tâche en séquence pédagogique est selon lui essentielle comme étape préalable à l’utilisation de sa méthode pédagogique 

 

  À l’issue de la phase de préparation qui :   

  • – établit le lien entre l’expérience passée et la séance de formation  
  • – permet de concevoir des contenus de formation non pas sur le travail prescrit mais bien sur le travail réel. 

 

4 étapes : 

  • 1 et 2- “ Montrer / Expliquer ” : « leçon » dispensée par le formateur 
  • 3- “ Faire ” : mettre l’apprenant tout de suite en situation de pratiquer sous la supervision d’un formateur 
  • 4- “ Vérifier ” : assurer que l’apprenant est sur la voie de l’autonomie.   

 

C’était un grand pas en avant et l’innovation ne s’est pas arrêtée là.  

 
Charles R. Allen a créé le cycle continu d’apprentissage et de développement personnel qui sous-tend la plupart des formations modernes. 

Pour la première fois, des idées pédagogiques sont appliquées sur le lieu de travail. 

 

L’application à grande échelle de la méthode pédagogique de Charles Allen 

1919 – 1er succès retentissant 

Charles R. Allen est recruté par l’industrie de la construction navale – L’Emergency Fleet Corporation du United States Shipping Board – Sa mission consiste à multiplier par 10 le nombre de personnes capables de construire des navires et forme 450000 nouveaux ouvriers 

 

1929 – L’ère de la formation en situation de travail et du new deal 

La politique volontariste du New Deal pour lutter contre la grande crise financière de 1929 va s’appuyer sur la méthode pédagogique de Charles R. Allen et permettre à des milliers d’employés d’être capables de construire rapidement des routes, des buildings, des aéroports … 

Pour plus d‘images, cliquez ici

 

1941/1960 – La reconnaissance de la puissance de la méthode pédagogique 

C’était donc une évidence en 1941, lors de l’entrée en guerre des Etats-Unis d’utiliser la méthode de Charles R. Allen pour construire le célèbre programme de guerre TWITraining Within Industry. Ce programme va permettre de former 11 millions de personnes à tenir les postes des ouvriers partis au front – C’est le système de formation de “l’arsenal de la démocratie” 

Le TWI est encore aujourd’hui, le plus vaste programme de formation en situation de travail au monde ! Il va contribuer à donner naissance également à une nouvelle branche du management des opérations, illustrée par une phrase devenue célèbre “ C’est celui qui fait, qui sait ”  

Après-guerre, la méthode de Charles R. Allen va s’exporter en Asie, en Europe et également en France. Elle va créer le système de formation au poste et reste la méthode phare d’entreprises françaises comme Michelin et Forvia pour créer les standards de formation au poste de travail 

Par ailleurs, c’est également à partir des résultats obtenus par cette méthode qu’en 1954, Donald Kirkpatrick expose pour la première fois les quatre niveaux d’évaluation de l’apprentissage. Il donne ainsi aux professionnels de l’apprentissage l’un des premiers moyens d’évaluer les programmes de formation.   

Pour plus d’images et ressources, cliquez ici 

 

1984 – La méthode de Charles R. Allen revient en force dans les programmes de formation en management et d’amélioration continue 

Dès le départ, le constat de Charles R. Allen, était que des employés mal formés coûtaient de l’argent et des points de performance. Les théoriciens du Management comme Peter Drucker ou Henry Mintzberg vont dès les années 60 s’appuyer sur ces principes pour construire les bases du management de la performance.  

En Asie, cette méthode en 4 étapes utilisée depuis les années 50 ne sera jamais controversée étant donné son efficacité sur le terrain.  

C’est dans les années 80 que la méthode de Charles R. Allen va renaître en Occident et aux États-Unis.  

1984 – Toyota et Général Motors créent un joint-venture NUMMI (New United Motor Manufacturing, Inc.). Le plus gros problème à résoudre est celui du management et des syndicats. Ils se détestent et n’entretiennent aucune relation. De fait, les managers ne se rendent jamais dans les ateliers et sont dans le blâme permanent des ouvriers. Dès le départ, le top management de Toyota se rend sur les lieux et met en place un programme de formation à destination des managers (team leaders, group leaders, supervisors, managers et plant manager) pour apprendre le TPS – Toyota Production System – les valeurs et les principes du Toyota Way. 
C’est à ce moment que la méthode de Charles R. Allen va redevenir la méthode pédagogique pour former aux standards de travail.  

La boucle est bouclée, la méthode en 4 étapes revient aux US pour ne plus jamais en repartir. Des enseignes comme Starbucks, Amazon par exemple utilisent cette méthode pour construire et structurer leur système de formation au poste de travail.  
 

Aujourd’hui la maîtrise de cette méthode permet de construire les nouvelles formes de formation au poste de travail.  

Tout comme l’utilisation de méthodes scientifiques robustes permettent à des milliers de chercheurs de travailler sur de nouveaux produits et usages (biomédical, énergies, transports …), la méthode de Charles R. Allen est à maîtriser pour construire les nouveaux modes pédagogiques de formation au poste de travail – AFEST, Réalité Augmentée, Réalité virtuelle, Métavers … 

 

Restez connectés pour découvrir nos prochains articles et webinaires : 

  • – Article 2 : décrire le TWI :  la formation en situation de travail
  • – Article 3 : comment recruter par le biais de la formation en situation de travail par le TWI
  • – Retrouvez-nous le 03 novembre pour un webinaire
  •  

 

Le saviez-vous  

Redémarrer l’industrie en Ukraine est un défi.  
Aider les exilés ukrainiens à retrouver un travail dans les pays d’accueil est un autre défi. 
La méthode de Charles R. Allen sous la coupe du TWI Institute contribue aujourd’hui à donner un nouvel élan au peuple ukrainien, cliquez ici pour en savoir plus.

Découvrez l’ouvrage le plus connu de Charles R. Allen  (en édition gratuite), ” The Instructor, the Man and the Job “.

Pour en savoir plus sur le TWI Institute France

 

Stéphane Roquet, dirigeant de Isokan Formation et le représentant du TWI Institute en France

 

Stéphane Roquet
Dirigeant de Isokan Formation et représentant du TWI Institute en France

 

 


Romuald est Président de ROK Conseil

 Romuald Karmann

 Président de ROK Conseil

 

 

Partagez notre article sur les réseaux sociaux :
Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *